Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 10/03/2018
Age : 19
Localisation : A Olympium

Feuille de personnage
Pouvoir (description brève): Le Feu qui se génère de son propre corps ou à courte distance
Animal totem (espèce + nom): ///
Voir le profil de l'utilisateur

Salle de permanance

le Sam 29 Sep - 22:20
Je rature une énième fois ce que j'ai écrit pour mon exercice de maths, que je tente désespérément de résoudre depuis maintenant une heure. Enfin, pas tout à fait, je compte mes moments d'égarements. J'ai encore fait une erreur quelque part, mais je sais pas où et ça me frustre énormément. En plus de ça, la salle est vraiment bruyante, tout un tas d'élèves se sont retrouvés ici pour travailler, mais ils bavardent plus qu'autre chose. Comment se concentrer avec tout ce bruit? En plus de cela, même si je suis pas si nul que ça en maths, le fait que je n'ai plus cours en cette matière m'a rouillé, même si j'ai continué à la travailler. J'ai toujours mis un point d'honneur à essayer d'avoir un bon niveau dans toutes les matières, même celles qui me servent plus. Même si je n'ai pas de totem, je vaux pas moins qu'un autre, si je pars avec une désavantage sur la ligne de départ, il faut que je compense ma faiblesse avec autre chose. Malheureusement, je suis pas un génie et suivre le programme de toutes les terminales est épuisante. Déjà que l'année dernière, c'était presque mission impossible, alors cette année...
Mon crayon gris à la main, je le mâchouille férocement en essayant de comprendre comment résoudre le problème que me pose cette suite. Si déjà en seconde, je peinais à comprendre les maths, alors maintenant, j'ai l'impression qu'on me parle une autre langue, inconnue pour toutes personnes normales. Je me suis sans doute perdu quelque part... Bon sang, c'est juste une suite géométrique! C'est quoi déjà sa formule pour trouver U1? Attends, non, avant faut prouver que c'est bien une suite géométrique... Mais c'est quoi encore cette merde?!
Je commence sérieusement à perdre patience et je commence à taper le bout de mon crayon sur la table, pour essayer d'évacuer cette tension qui s'accumule. Mais ça marche pas très bien. Je m'agite de plus en plus, me mets à jouer avec mon crayon, à le faire tourner entre mes doigts, à le passer d'une main à l'autre, à le balancer en l'air puis le rattraper. Je crois que j'en oublie même ce que je faisais de base dans cette salle. J'ai envie de tester mon habilité, d'observer mon crayon sous les divers angles provoqués par mes actions. Je pars quelques instants dans un autre monde, redessinant les traits fins de la réalité dans mon esprit.
Mais ça ne dura qu'une poignée de secondes avant que ma bulle explose. Je ne sais pas comment j'ai fait, mais le crayon m'échappe des mains et s'envole dans les airs. Je le suis des yeux, alors qu'il fait un magnifique arque de cercle avant de tomber sur la tête de mon voisin de droite. J'aurais juré que le temps s'était ralenti dans le feu de l'action. Mes yeux s'agrandissent comme deux billes et je dévisage mon voisin, qui ne s'est pas encore tourné vers moi. Je vois mon crayon rouler sur sa table. Va-t-il tomber sur le sol?
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 19/03/2018
Localisation : Dans ma chambre sur mon ordi

Feuille de personnage
Pouvoir (description brève): Peut balancer des volts, électrocuter par simple contact ou conduction. Peut brouiller temporairement les synapses électriques du cerveau et peu transférer et stocker des données informatiques.
Animal totem (espèce + nom): Anubis (Shadow pour le surnom), un aigle noir aux yeux bleus avec de grandes ailes.
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Salle de permanance

le Mar 2 Oct - 22:48
Les écouteurs enfoncés dans mes oreilles, j'essaie tant bien que mal de me concentrer sur mes exercices. Ennuyé, je jette un bref coup d'oeil autour de moi, voyant les élèves s'agiter, parler, voulant se faire remarquer le plus possible. La salle de permanence est grande, mais il n'y en a qu'une, et elle est souvent remplie à ras bord avec les internés qui doivent restés en étude après les cours. Alors qu'il faut y aller soi-disant pour travailler, les trois-quarts des élèves ne semblent pas comprendre le mot "silence". Je retiens un soupire et me reconcentre sur ma feuille, augmentant le son de ma musique pour ne plus entendre le brouhaha incessant. J'hésite à utiliser mon pouvoir sur quelques uns, réinitialiser leur cerveau ne devrait pas leur faire de mal, histoire qu'ils se taisent pendant quelques secondes, mais j'ai pas envie de m'attirer des problèmes, là. Je meurs d'envie d'aller m'enfermer seul dans ma chambre, avec mon ordi, et passer la soirée et la nuit sur le net. Sans personne. Je me mords les lèvres, relisant pour la troisième fois l'énoncé, en ayant marre de ces devoirs. De la philo... pas trop mon truc, ça. Tellement compliqué et inintéressant, où sont les calculs simples et rationnels des maths? Je préfère de loin résoudre un problème de deux pages plutôt que de philosopher sur n'importe quoi.
Soudain, je sens un projectile ricocher sur ma tête, avant de tomber sur la table, à côté de moi. Ca me fait sursauter, me sortant de mes pensées, tandis que des petits éclairs jaillissent de ma main droite. Énervé, je meurs d'envie d'aller griller le responsable. C'est déjà compliqué de se concentrer, mais alors si on s'amuse à m'envoyer leurs fournitures, je ne pense pas résister à l'envie de me défouler pour les calmer un peu. Je me retourne vers mon voisin de table, un mec un peu plus âgé que moi, me regarder avec des yeux ronds, à la fois surpris et désolé. Du coin de l'oeil, j'aperçois le crayon rouler sur la table, prêt à tomber, que je rattrape au dernier moment. Je le lui tends en faisant tout pour me calmer.
"C'est le tien?"
Il acquiesce en me remerciant, avant de le ranger au fond de sa trousse. J'observe ses affaires devant lui, des cahiers et des feuilles remplies de calculs de maths. La chance. Quitte à avoir des devoirs, je préférerai largement en faire. Des traces de ratures sont gribouillées devant lui, cachant des réponses sûrement fausses. Deux boules de papiers froissées gisent près de sa trousse. Il doit galérer. Ca me paraît pourtant facile, je n'ai lu que les grandes lignes de l'énoncé, mais tout me paraît déjà clair et précis.
Voyant que je louche sur ses devoirs, mon voisin tapote du doigts la consigne.
"Dis... tu y arriverais, à cet exercice?"
Il semble gêné de me le demander, comme si ça m'ennuyait, ou que je pourrais le considérer comme un imbécile. Il semble au bout de ses forces et doit autant détester les mathématiques autant que je déteste la philosophie. J'arque un sourcil à sa question.
"Yep.
- Tu peux m'expliquer, s'teupl?"
J'hésite. Donner des cours, c'est pas mon truc, surtout si c'est un abruti fini qui mettra des plombs à comprendre, mais en même temps, faire une pause dans la philo et passer aux maths, faudrait que je sois difficile pour refuser.
"Si tu veux."
Je fais glisser sa feuille vers moi, analysant plus en profondeur l'énoncé. Il est finalement plus dur qu'il n'en a l'air, donnant beaucoup d'infos plus ou moins utiles, avec du vocabulaire spécifique à la géométrie. Je préfère les calculs à ça, mais ça reste passable, je peux me débrouiller. Mes yeux repassent une deuxième fois sur chaque mot, démêlant ce qui est utile et ce qui ne l'est pas, afin d'y faire un lien. Finalement, je comprends aisément ce qu'il faut faire. C'est long, certes, mais pas impossible, et une fois que tu as compris la méthode, ça devrait le faire. Je prends une feuille blanche pour y griffonner quelques calculs, histoire de bien me replonger dans les maths, et de savoir quoi dire au blondinet. C'est bien ça mon problème, comment lui expliquer, quand ça me paraît clair et limpide pour moi... J'aimerai juste prendre ses exercices de maths et les faire seul, sans avoir ce poids. J'hésite quelques instants, réfléchissant à mes mots, avant de poser ma feuille de brouillon devant lui, l'exercice à côté. Crayon en main, je pointe les théorèmes et formules qu'il a dû apprendre cette année, et qu'il devra réutiliser ici. Autant tout reprendre du début pour voir s'il connaît au moins ces bases. Alors que je commence à lui expliquer du mieux que je peux, je remarque cet air déterminé briller dans ses yeux, comme si cet exercice était plus que ce qu'il n'était. Je suis étonné qu'il le prenne autant à coeur, mais tant mieux, ça ira plus vite s'il met du sien. En espérant qu'il m'entende avec ce brouhaha incessant, j'ai pas très envie de gueuler dans toute la perm.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum