Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 19/03/2018

Feuille de personnage
Pouvoir (description brève): Sait prendre l'apparence de n'importe quel garçon
Animal totem (espèce + nom): Un hérisson du nom de Lolek.
Voir le profil de l'utilisateur

The Piotrek's Crises

le Sam 14 Avr - 1:46
Piotrek XI

Et bien ça y est ! Le week-end s'est achevé. La semaine s'est terminée. Je n'ai pas dû penser au temps qui passe, puisqu'il a défilé à la manière d'un train à grande vitesse. Mais bon, voilà voilà, le dimanche soir s'approche inexorablement de moi...avant qu'il ne se déclare à la porte de mon esprit.
"Knock Knock, Piotrek"
J'avise l'horloge installé sur mon mur, au dessus-du lit.
20h05.
Je vérifie que la valise de "Leszlina" est prête et fait bien attention à ne pas faire de bruit par aucun moyen. Pour ce qui est de la lumière, il n'y a aucun problème, j'ai vérifié que la porte la calfeutre bien. Pour ce qui est des volets, pas de danger d'être surpris non plus. Ils sont électriques et totalement hermétiques. Je m'assieds sur mon lit et soupire. Lolek me dit :
_ Eh ! Tranquillise-toi, Piotrek ! Cela va bien se passer ! C'est juste le lieu qui diffère, c'est tout ! Tout va bien, tu t'en sors toujours !
Je fais un signe de tête reconnaissant à mon totem que je caresse affectueusement. Un miroir sur pieds, de forme ovale et à l'encadrure en bois de sapin se tient devant moi. Il me sert pour constater les changements qui se sont produits après le...phénomène. Mais aussi pour vérifier si mon moi fille est entière. Logiquement, il n'y a aucun problème de ce côté-là mais je préfère me couvrir de précautions. Je jette un autre regard à l'heure.
20h15.
_ Et que penserons-t-il de moi ? Que diront-ils sur Leszlina Skatovsky ? Et moi ? Que dirais-je ?
_ Arrête de te poser des questions, Piotrek ! Ce qui devra arriver arrivera, de quelconques manières que ce soit. Inspire et expire un bon coup.
Je m'exécutas. Je m'allongeais alors sur mon lit et respira profondément et calmement. La voix de Lolek m'apaise et me tranquillise.
Je suis accoutré d'un pyjama bleu foncé et rayé de blanc, comme tous les soirs.
Je me suis déjà lavé. J'ai nettoyé mes cheveux aussi. Je suis calme, détendu, parfaitement relaché. Je pense que je suis prêt à l'épreuve qui témoigne de son énième manifestation.
Je regarde la grosse montre au-dessus du lit.
20h25.
_ Ca y est ! C'est l'heure. Fis-je avec un spasme d'angoisse dans mon ventre.
_ Aller ! Courage ! Me souhaita Lolek.
_ On se retrouve tout à l'heure...Miroslav.
_ A tout à l'heure...Leszlina.
Et je vis mon hérisson se glisser sous le lit.
Lui aussi doit se transformer... Mais il reste mâle. Seulement, il devient un autre animal forestier, qui se trouve être...une belette.
Je me mets face au grand miroir. Je me regarde. Je me fixe. Je regarde mes propres yeux. Et je sens dans ces yeux la peur, l'angoisse. Je sais que quelque chose de menaçant et de brutal s'avance inexorablement sur moi et que ce quelque chose peut arriver n'importe quand. J'entends les cliquetis de la trotteuse de l'horloge attachée là-haut et qui semble attendre d'impatience la scène qui se déroulera dans quelques secondes. Pour l'instant, cette arrogante horloge comble son ennui en tiquant ses tacs incessants. Mais cela ne durera pas...
Tout à coup, sans prévenir, une douleur intense me lança dans le bas du ventre et dans la tête.
Je m'effondrais à terre sans un cri. J'avais appris à ne plus crier, pour ne pas attirer la curiosité des autres et d'être découvert. Mes entrailles sont en feu. J'ai l'impression que tout se bouscule et se raccourcit en moi. J'ai la sensation que l'intérieur de ma tête est comme complètement affolée par ce qu'il se passe. Je sens que tout disparaît, pour réapparaître à un autre endroit. Je suis à quatre pattes sur le sol de ma chambre, en train de souffrir le martyr. Sur ma tête, des picotements terriblement durs à supporter me vrillent l'esprit, me précisant que mes cheveux grandissent rapidement. Le corps de l'être humain que je suis se modifie. Je ressent tout, jusqu'à la moindre particule de ma peau se déplacer. C'en est très désagréable. Mes hanches s'agrandissent alors que ma taille s'affine. Moi même, j'ai l'impression de me plier et de me rétrécir pour correspondre à un moule parfait. Une immense douleur se fait ressentir dans ma poitrine et je comprends que...que...deux rondeurs gonflent et me font ressentir un léger poids sur le haut de mon corps. Mes entrailles me brûlent d'une force telle que j'en verse des larmes. Je n'y parviens presque plus et réalise que cette crise est peut-être la dernière. Je comprends, à cet instant de douleur intense et incontrôlable, que je ne suis plus moi-même.
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 19/03/2018
Age : 17
Localisation : Dans la cour de Olympium avec Swanou

Feuille de personnage
Pouvoir (description brève): Peut prendre l'apparence de n'importe quelle fille
Animal totem (espèce + nom): Belette, du nom de Miroslav
Voir le profil de l'utilisateur

Re: The Piotrek's Crises

le Sam 14 Avr - 2:05
Leszlina I

Les douleurs s'estompent progressivement. Je suis affalée sur le sol. Lorsque tout est terminé, je me relève doucement. J'aperçois mes longs cheveux châtains prendre la direction que la gravité leur a conféré. C'est déjà une bonne nouvelle. Puis, au fur et à mesure que ma vision redevient nette, je regarde mes mains et le reste de mon corps. Et lorsque ma tête s'est remise droite, je me regarde dans le miroir. Une adolescente de petite taille, avec un pyjama bleu foncé trop grand pour elle, et aux cheveux châtains se regarde. Je suis devenu Leszlina. Je suis une fille. Je m'examine et constate avec bonheur que tout c'est bien passé. Je soupire et fit, d'une voix très éclaircie et rendue plus aiguë :
_ C'est parfait.
Je me tourne du côté du lit et dit :
_ Lolek ? Tout va bien de ton côté ?
Je suis toujours aussi surpris de m'entendre parler avec une telle voix, même si cela fait depuis 3 ans que cela dure. J'entends la voix de mon fidèle compagnon (qui n'a pas changé) me répondre :
_ Oui oui.
Je vis alors, de dessous le lit, sortir une belette au long museau et au pelage roux. Lolek s'est transformé. Et il est parfait.
_ C'est fait. Soupirais-je une nouvelle fois.
_ Eh oui...Leszlina ! Il va falloir en profiter, maintenant. Tu vas te confronter à un milieu auquel tu n'as encore jamais été familiarisé. Profite de cette semaine, en tout cas.
_ Ca pour sûr, j'en profiterais...Miroslav !
Je me mis à rire. Et je ne m'habitue pas toujours à ce "nouveau" rire, ce qui me fait encore plus marrer. Je regarde l'horloge, qui semble s'être délecté des instants précédents. 20h55.
_ Eh bien, je pense qu'il est temps de se coucher, Miroslav puisque demain, c'est notre rentrée ! Fis-je.
Mon totem ria. Je lui dit :
_ Ben quoi ! Il faut bien que je parle comme ça, maintenant ! Sinon, il y aura des soupçons ! Et ce sera très embêtant pour nous deux !
_ Ce n'est pas pour ça que je ris. Faudrait juste que tu changes de pyjama...
Je me regarde encore. Pas faux... Je me changea rapidement et m'enfourna dans mon lit. Mon hérisson, à présent belette s'allonge sur moi et s'endort. Je me mets à le caresser et passe en revue mes comportements à adopter pour faire comme si j'étais "nouvelle" aux yeux des autres. En tout cas, je ne suis pas au bout de mes surprises...
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 19/03/2018
Age : 17
Localisation : Dans la cour de Olympium avec Swanou

Feuille de personnage
Pouvoir (description brève): Peut prendre l'apparence de n'importe quelle fille
Animal totem (espèce + nom): Belette, du nom de Miroslav
Voir le profil de l'utilisateur

Re: The Piotrek's Crises

le Jeu 17 Mai - 10:06
Leszlina II

Lundi Matin

J'ouvre les yeux et aperçoit le plafond blanchâtre de ma chambre. Toute ensommeillée, je lève mon buste et m'appuie sur le dossier de mon lit. Miroslav est sur ma couette mais se réveille progressivement. Je passe mes doigts dans mes yeux avant de les frotter contre mes longs cheveux. Je baille et mets ma main gauche contre ma bouche pour masquer respectueusement le bâillement, même s'il n'y a personne.
_ Compliqué, hein ? Me marmonne mon totem.
_ Oh oui...c'est une question d'habitude... A chaque fois que je change de lieu, je suis toujours un peu déboussolée... Et...
Je m'interrompt et pose la question suivante :
_ Quelle heure est-il ?
J'avise l'horloge.
_ 07 heures. Faudrait pas que je traîne. Attention au mouvement, Miros' !
J'ouvre mon lit et ma belette descend prestement, pour ne pas être saisi par le mouvement brusque. Je me dirige à l'arrière du lit et tire ma valise magenta.
_ Comme c'est le jour de la rentrée, il est normal pour une fille de s'habiller élégamment. Ah ! Il va bien falloir que je raisonne comme ça, maintenant !
_ Ça, pour sûr ! Approuve Miroslav.
_ Alors alors...que pourrais-je mettre aujourd'hui... Discours traditionnel à chaque matin...
Je ne mets finalement pas longtemps pour choisir. J'étale les affaires sur le lit et commence ma préparation...

Quelques minutes plus tard, je m'observe devant le grand miroir ovale. Je me suis mis un collant noir avec une jupe légère bleu foncé, avec un T-Shirt de la même couleur ainsi qu'un dessous de pull noir. J'ai ajouté un petit blouson bleu marine qui me fait office de veste. J'ai chaussé des ballerines sombres.
_ Et bien, je crois que je suis..."prête".
_ Exact !
Je réfléchis puis rectifie :
_ Enfin...pas tout à fait.
Je regarde ma valise puis attrape un petit flacon de vernis magenta. Miroslav réagit à la seconde près :
_ Oh non pas ça !
_ Si...et d'ailleurs, Miros', tu devrais savoir que c'est un passage presque obligé !
_ Oui...enfin non ! Pas à ce point là !
_ Mais pourquoi tu n'aimes pas ça ?
_ Tu ne sens pas l'odeur que ce...flacon dégage ??
_ Ah ben si...mais...je m'y habitue... Bon écoute, si tu le désires vraiment, je t'ouvre la vitre et tu restes sur la bordure.
_ Oui, ça sera sans doute mieux, merci.
Je m'exécute immédiatement et la belette sort dehors pour prendre l'air frais matinal.
Je reporte mon regard sur le flacon, l'empare et l'ouvre.
"Rmm...Lolek...euh ! Miroslav n'a pas tord... Bref ! Allons-y"
Après 5 minutes, j'agite les mains en l'air pour sécher le vernis apposé sur mes ongles, après avoir rapidement refermé le flacon.
"Ben oui ! Il faut que je sois une véritable fille, après tout !" Songeais-je.
Miroslav rentra dans la chambre, non sans avoir vérifié l'air ambiant avec son odorat. L'instant d'après, je refermais la fenêtre.
_ Eh bien, c'est parti ! Lança mon totem.
_ Yes ! Affirmais-je.
Je me dirigeais vers ma porte d'entrée, inspira et expira un bon coup et l'ouvrit. Depuis 3 ans, j'ai toujours reconnu qu'il est très stressant de devoir jouer un rôle autre que celui que nous vivons naturellement, chaque jour de notre vie. Sauf que là, pas de costumes, pas de masques et pas de dialogues prévisualisés...tout est réel ! Je suis dans un vrai corps mais qui ne m'appartient originellement pas ! Le mieux dans cette alternance d'apparences, c'est d'oublier l'un quand on joue l'autre. Et c'est ce à quoi je me suis entraînée depuis de nombreux mois. Ça marche depuis le début. Mais dans un lieu comme l'académie Olympium, rien n'est impossible à prévoir.
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 19/03/2018
Age : 17
Localisation : Dans la cour de Olympium avec Swanou

Feuille de personnage
Pouvoir (description brève): Peut prendre l'apparence de n'importe quelle fille
Animal totem (espèce + nom): Belette, du nom de Miroslav
Voir le profil de l'utilisateur

Re: The Piotrek's Crises

le Ven 12 Oct - 16:48
Leszlina IX

Dimanche soir - 19h45

J'ouvre lentement la porte de ma chambre et l'avise depuis le seuil. Je l'examine soigneusement. J'ignore pourquoi cette paranoïa m'atteint à chaque dimanche soir de fin de semaine avec Leszlina mais je ne peux pas m'en séparer. C'est comme une drogue...
En fait, ce réflexe aberrant de vouloir regarder la chambre est un témoin évident du fait que je ne verrais plus, durant une semaine, Olympium en tant que Leszlina, vision de l'Académie qui m'avait été agréable. Je ne dis pas qu'être l'individu d'origine possède une mauvaise vision de mon "université" mais...cette semaine était si bienfaitrice que j'ai la sensation de ne pas en avoir profité. Et pourtant ! Quelles rencontres j'ai fais ! Ça semble normal puisque c'était la première semaine de Leszlina. Maintenant, il va falloir achever le cycle et redevenir homme. Ce n'est jamais très positif pour moi de revenir à mon état d'origine, même si je ne le regrette pas, plusieurs heures après.
_ Leszlina ? Tu...tu entres ou on couche ici ? Rifougne Miroslav.
_ Oui oui je... Enfin bon tu sais bien que j'ai toujours cette désopilante habitude, non ?
_ Oui oui, j'en suis conscient ! Mais il faut savoir passer à autre chose, tu ne crois pas ?
_ Sans doute... Soupirais-je en passant le seuil.
Je m'assis sur mon lit et prit ma belette sur mes genoux. Je lui avoua :
_ Ce qui a marqué la semaine, c'est que je puisse avoir vu Raphaël sous sa forme "gars de rue", quoi... Je ne m'attendais pas du tout à ça. Et cela m'a été horriblement désagréable. J'en ai presque pleuré lorsque j'ai parlé de ça à Swan mais Piotrek, lui, ne se ménagera pas, tu peux me croire. Ma version féminine ne m'autoriserait pas à passer un si mauvais instant à tancer un ami mais ma version initiale, elle se le permettrait aisément. Enfin, je veux dire...
_ Non non, Piot...euh Leszlina ! Ne complique pas tes aveux ! Je t'ai compris. Les différences de pensées entre tes états fille/garçon te tourmentent, hein ?
_ Et comment !
Un petit silence survint durant quelques instants, avant que je dise à Miros' :
_ Heureusement que nous avons mangé avant de revenir ici.
_ Oui ! Heureusement, comme tu dis...
Nouveau silence.
_ Ces blancs sonores sont gênants, tu ne trouve pas ?
_ Non ! Pas le moins du monde.
_ Bon, je pense qu'il serait mieux que je me lave et que je mette mon pyjama "Piotrek". La métamorphose ne saurait tarder.
Ma décision fut immédiatement accomplie. Je pris ma douche tranquillement et m'habilla sagement pour la nuit. Evidemment, le vêtement tombait et était trop long pour moi mais, dans quelques minutes, il m'irait parfaitement. Je m'assis de nouveau sur mon lit et redressa quelques coins tombants de mon habit nocturne. Miroslav sentait mon angoisse :
_ Eh ! Tout ira bien, ne t'inquiète pas ! Tout se passe toujours très bien chaque fois, aucune raison de s'inquiéter !
_ Oui, mais ce sont ces douleurs qui m'effraient. Je redoute toujours le moment où elles me surprennent.
_ Essaie de passer outre. Je sais que ce sera compliqué mais tu les connais ! Tu y es habitué !
_ Oui, je vais tenter de...
Un lancement interne fulgurant m'atteint alors dans les entrailles et dans la tête et je faillis lâcher un cri de surprise endolorie...
A dans une semaine, sœurette...
Contenu sponsorisé

Re: The Piotrek's Crises

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum